CLQ

Contrer la montée des intégrismes religieux

 Montréal, le 27 mai 2012 – La Coalition Laïcité Québec (CLQ) se réjouit du fait que lors des Etats généraux de l’action et de l’analyse féministes,  le 26 mai 2012, les participantes ont obtenu que la Fédération des femmes du Québec (FFQ) se penche sur la question des intégrismes religieux.

«Contrer, d’une part, la  montée des intégrismes religieux qui perpétuent et promeuvent des traditions sexistes opposées à l’émancipation des femmes et, d’autre part, la marchandisation du corps et de la sexualité des femmes, qui font tous deux partie d’un continuum visant le contrôle social des femmes». Le «défi», ainsi libellé et adopté par la majorité des participantes, indique clairement sur quelles bases doit se faire la réflexion.

«C’est une très bonne nouvelle pour toutes celles et ceux qui constatent cette résurgence des fondamentalismes religieux  et qui croient que le Québec a tout intérêt à respecter ses engagements pris dans le cadre de la Convention internationale pour l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes» (CEDEF), explique Michèle Sirois, coordonnatrice de la CLQ.  La CEDEF insiste précisément sur la nécessité de mettre fin aux coutumes et pratiques discriminatoires[*].

En toile de fond de cette préoccupation, on pense aux attaques répétées contre le droit à l’avortement.  On se rappellera également qu’en 2009, la FFQ avait donné son appui au port des signes religieux dans les services publics et même, en 2010, au port du niqab dans les services de garde en milieu familial dans le cadre des discussions autour du projet de loi 94.  A la suite du tollé soulevé par cet appui, la FFQ a cependant retiré cette dernière recommandation.

Pour la CLQ, l’appui majoritaire de l’assemblée des États généraux à cette réflexion donne espoir que la FFQ revienne sur sa position sur la laïcité dite ouverte. Comme le dit le philosophe Henri Pena-Ruiz, on ne parle pas de justice ouverte. «Comme la justice, la laïcité est ou n’est pas», de conclure Michèle Sirois.

*Les états s’engagent à prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions  législatives, pour modifier ou abroger toute loi, disposition réglementaire, coutume ou pratique qui constitue une discrimination à l’égard des femmes. (Article 2 f, Convention pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes)


[*] Les états s’engagent à prendre toutes les mesures appropriées, y compris des dispositions  législatives, pour modifier ou abroger toute loi, disposition réglementaire, coutume ou pratique qui constitue une discrimination à l’égard des femmes.Article 2 f, Convention pour l’élimination des discriminations à l’égard des femmes (CEDEF)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :